AX GT – 1991

Le retour du fameux TU3S de 85cv associé à sa boite courte BE3S, déjà vu chez Joujou Extra dans la 205 GT…. On est là plus proche de la version de pointe des AX (GTI à 100cv et Sport à 95cv) que chez sa cousine.

Light is right

Colin Chapman (en voyant l’AX)

Rappelons que la petite, conçue pour être la plus légère possible a inauguré la nouvelle famille de ces petits moteurs costauds en 954, 1124 et 1360cc – et la Sport en moins de 1300. Une petite Citroën entièrement nouvelle ce qui était un évènement à l’époque et qui a prêté sa base aux 106 et Saxo ensuite.

La plus puissante des AX à 5 portes est donc équipée du 1360cc avec carbu double corps développe 85 ch suffisants pour animer les 750kg de l’engin avec dynamisme. Une grande vivacité de direction et un train arrière très sage en font une auto sécurisante et amusante, je parle ici de sécurité active….le sentiment de sécurité passive pouvant être quelque peu compromis par l’aspect léger de la construction.

Le tour du propriétaire 

De jolies extensions d’ailes, un gros bouclier avant intégrant les phares additionnels, de larges bandes courant tout autour de la voiture virilisent un peu la mignonne. On remarque aussi

  • Les spoilers avant et arrière teintés dans la teinte de la carrosserie,  
  • Les roues de 14 permettant en 1991 d’emmener des “gros” freins de 258
  • Les 2 bandes latérales rouges
  • Les montants de portes noirs
  • Le célèbre logo stylisé GT Citroën
  • Les pneus larges en 155/65-14 
  • Le tissu intérieur issu des versions de pointe de la BX
  • Une moquette intérieure spécifique avec 2 bandes rouges

Un petit côté sport chic discret.

Cette AX est en bel état d’origine et, n’a pas été repeinte et présente quelques rares défauts d’usage, dont le principal se situe sur l’aile arrière gauche

A l’intérieur 

L’ouverture se fait à la clef, avec un petit “clonc” au lever du loquet. Point de centralisation, il faudra se pencher pour ouvrir à vos passagers, ou faire le tour de la voiture pour déverrouiller.  

L’aspect version de gamme supérieure est un peu compromis par l’absence de centralisation, ou de vitres électriques, on trouve cependant de jolies sièges “presque-baquets” et un volant à 3 branches à jante large. Le tableau de bord est plutôt complet, à l’image des GT de chez les cousins sochaliens, les rangements sont nombreux, de petite taille pour la plupart, mais on regrette que cette planche de bord n’ai pas été concue pour résister aux affres du temps, elle est toujours debout mais fendue partout.

Bizarreries Ciroën, la tirette du starter est à droite, le mono-balai est fidèle au poste, les interrupteurs sont cachés comme la tirette du capot mais c’est aussi ce qui fait le charme.

Tout est resté fonctionnel et les commandes n’ont pas failli malgré les 31 ans et presque 100.000 km parcourus.

Au volant 

Il est temps de passer au volant, l’autoradio K7 prêt à diffuser vos meilleurs Dire Straits. Contrairement à sa cousine 205, régler la station en roulant ne vous exposera pas à la sortie de route car l’emplacement est bon.

Rentrons, claquons la porte. “BLONK”. Ah oui, c’est léger…finalement assez spacieux à condition de ne pas être hors gabarit. A droite du volant, la tirette du starter, tirée à fond par grand froid et le petit TU ne tarde pas à démarrer et à se caler sur un ralenti à 2000 que le réglage du starter permet d’ajuster, merci le compte tours ! Finalement pas gênant ce starter à droite.

Direction légère et commandes souples, tout est assez intuitif. Les suspensions et l’amortissement de qualité font oublier les dos d’âne mieux que bien des autos modernes, le filtrage est convaincant.

Le moteur hurle sa bonne santé et on entend prensque le deuxième corps du carbu crier “j’ai soif” tellement il est proche des oreilles quand on le titille. On est vite à 4000 tours minutes tellement les rapports sont courts, et, à 110 km/h, les sensations sont celles d’une auto moderne au double. Sachez que la puce ira chercher les 180 compteur facilement sur les autoroutes allemandes que vous aurez la chance de trouver en rentrant à la maison, mais le plaisir est ailleurs…routes secondaires, légèreté, moteur teigneux, un vrai jouet.

Malgré une base technique voisine, on est dans l’AX plus proche d’une petite sportive que dans sa cousine 205 GT, plus axée sur le confort et moins spontanée pour donner des frissons. En berf, c’est plus vivant, mieux accroché à la route, bref, plus “pousse au crime”

Historique 

Cette auto a vécu en AURA depuis l’origine, entre l’Allier et le Puy de Dôme. Son faible kilométrage est confirmé par l’historique des contrôles techniques

Le pare brise et la lunette arrière viennent d’être remplacés suite à un acte de vandalisme, une révision sérieuse (vidange tous filtres, nettoyage et remplacement des joints du carburateur) est en cours et le CT sera passé courant février 2022

La distribution a été faite en 2019 à 88900 km, l’auto ayant parcouru 9000 km ces deux dernières années

Le verdict  

Une auto comme on en fait plus, vive, evidente à prendre en main et confortable pouvant à l’occasion jouer les petits diables dans des parcours sinueux….une espèce à sauver car disparue aujourd’hui.

Un bon état général, un kilométrage contenu, pas de corrosion de structure. Pour celle ou celui qui cherche une auto plaisir, sympa et dynamique, facile d’entretien. Les Citroën sportives ont toujours été recherchées, nous ne sommes pas sur une Sport dont la définition est plus affutée encore mais les prestations globales sont sacrément proches.

EN PREPARATION