205 GT – 1988

Le sacré numéro !

Est-il besoin de présenter la 205 ? Celle qui avec sa collègue BX est réputée avoir sauvé, sinon redressé PSA a été produite 15 ans à plus de 5M d’exemplaires, ce qui la rend encore assez présente, et dotée d’une ligne qui ne laisse pas paraitre ses bientôt 40 ans. Fiable, économique, pratique, beaucoup de ces autos robustes sont encore utilisées et peuvent atteindre des kilométrages impressionnants, en essence comme en diesel ou le demi-million de km n’est pas rare. 

Il n’y a pas que les GTI dans la vie

Puisqu’il n’y a pas que les GTI dans la vie, et que celles-ci commencent à demander un budget conséquent, et que le reste de la gamme n’est en aucun cas dénué d’intérêt, voici une belle opportunité d’acquérir une 205 GT en très bel état ! 

La GT est la forme familiale de la XS ou de la XT, son TU3S et sa boîte courte lui apporte une belle nervosité, certainement la plus sportive des 205 à 5 portes. On retrouve sous son capot, le 1360 cc à carburateur SOLEX double corps.  

Il développe 85 ch et donne beaucoup d’entrain aux 820 kg de la bête. La démultiplication finale de la transmission étant de 28,3 km/h pour 1 000 tr/mn nous n’avons pas affaire çà une autoroutière, mais à une auto vivante et dynamique sur petites routes, bref une version d’accès au dynamisme avant la sportivité avérée des GTI qui offraient de 20 à 45 ch supplémentaires. 

Le tour du propriétaire 

Pas d’extensions d’ailes, pas de gros bouclier avant intégrant les phares additionnels, mais quelques petits indices qui différencient des autres versions :  

  • Les spoilers avant et arrière peints dans la teinte de la carrosserie,  
  • Les joncs dans les pare-chocs, 
  • Les enjoliveurs 11 trous,
  • Les bandes latérales rouges soulignant les protections latérales 
  • Les montants de portes noirs (un shadow line avant l’heure), 
  • Les autocollants GT rouge sur les ailes avant, 
  • Les pneus larges en 165/70-13 

Bref, quelques détails que les connaisseurs apprécieront mais rien de fou.  

Notre 205 est en très bel état d’origine et, n’a pas été repeinte et présente quelques rares défauts d’usage, dont le principal se situe sur l’aile avant gauche (visible sur photos). Aucune déformation de la carrosserie, tout est fonctionnel et présent jusqu’aux autocollants d’origine sur la lunette arrière rappelant que la 205 a été quand même 2 fois championne des rallyes. Les plastiques et joints sont en très bon état et l’auto ne présente pas de traces de corrosion. 

Les phares jaunes d’origine ainsi que l’autocollant indiquant la marche à suivre pour démarrer ajoutent un charme supplémentaire… Les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. 

A l’intérieur 

L’ouverture se fait à la clef, avec un petit “clonc” au lever du loquet. Point de centralisation, il faudra se pencher pour ouvrir à vos passagers, ou faire le tour de la voiture pour déverrouiller.  

L’aspect version de gamme supérieur est un peu compromis par l’absence de centralisation, ou de vitres électriques, point des sièges baquets non plus ni de volant à 3 branches. Ceci étant dit, on retrouve avec plaisir d’autres attributs des “grosses” 205 : le tableau de bord avec grande casquette et compte tours provenant de la GTI, le bac à pièces (fonctionnel s’il vous plait) la console centrale longue avec son rangement pour K7, des habillages de porte ne laissant pas apparaitre de tôle, une liseuse, des sièges en velours….Ces sièges, devant comme derrière, nous rappellent ce qu’était il y a 30 ans les moelleux à la française, un confort de canapé mais assez peu de maintien en contrepartie. 

Dans notre auto, tout est fonctionnel et d’origine, et malgré une qualité de construction intérieure assez légère d’origine, les équipements et commandes ont parfaitement supporté les 32 ans et presque 100.000 km parcourus. L’auto a été équipée de housses jusqu’en 2018 et de tapis au sol, encore en place qui ont fortement ralenti l’usure général de cet intérieur. 

Si vos jeunes enfants fument, sachez qu’ils pourront disposer de cendriers à l’arrière, a priori jamais utilisés, ou alors pour cacher les emballages de mistral gagnants. 

Il est temps de passer au volant, le niveau d’équipement du poste de conduite à n’invite pas à la franche distraction. Profitez de quelques secondes avant le démarrage pour allumer et régler le poste de radio K7 de seconde monte, à façade détachable bien qu’aujourd’hui cela ne soit plus un argument de vente. Le faire en roulant vous rappellera que si l’ergonomie générale est très bonne, le poste est par contre beaucoup trop bas !

Au volant 

On s’enfonce tout d’abord assez profondément dans le siège mais au final la position de conduite un peu haute est assez agréable. 

A gauche du volant, la tirette du starter, tirée à fond par grand froid et le petit TU ne tarde pas à démarrer et à se caler sur un ralenti à 2000 que le réglage du starter permet d’ajuster, merci le compte tours ! 

La direction, non assistée est assez souple et informative, tout comme les commandes de frein, embrayage et accélérateur. La conduite est donc très naturelle et ce qui surprend en premier, c’est l’étroitesse de l’auto. Pour avoir possédé des 205 à l’époque où elles étaient encore vendues, c’est là qu’on mesure l’évolution en comparaison des “citadines” actuelles et sur cet aspect que la 205 est un peu datée…ou charmante ! 

Les suspensions et l’amortissement de qualité font oublier les dos d’âne mieux que bien des autos modernes, le filtrage est convaincant, et les bruits de roulement sont assez présent, tout autant que le moteur passé 4000 tours minutes. 

Alors, a-t-on a faire à une petite sportive ?

Oui et non.

Oui par le caractère teigneux de son petit moteur, celui qu’on retrouve aussi chez sa cousine AX GT, une sonorité qui se fait plus sourde accompagnée d’une sympathique poussée à l’ouverture du double corps, pour sa boite courte qui permet de très bonnes reprises, son poids modéré, son comportement vif et agile…

Non de par son côté “trop” confortable, son train avant simple (non triangulé comme celui des GTI) qui peine parfois à passer la puissance et des freins qui sont efficaces mais avec des distances d’arrêt très datées.  

Mais n’est ca pas là justement la définition de la GT ? Pouvoir rouler dynamiquement, avec suffisamment de puissance et d’allant plutôt que d’aller chercher un temps en mode course de côte ? 

Historique 

Cette auto a été vendue neuve à Mende (48) et n’avait pas quitté la Lozère depuis. Elle assez peu roulé et connu des entretiens périodiques anticipés (voir photo du carnet d’entretien) dans 2 garages locaux.

La plaque d’origine 900 FU 48 est encore présente dans l’auto, et la voiture, au moment de la succession consécutive au décès de son propriétaire a été reprise par un garage en 2018 à 95.000 km. Moins de 1000 km ont été parcourus depuis le remplacement de la distribution / pompe à eau à cette date, moment auquel a été remplacé le train arrière qui commençait à présenter les signes annonciateurs de jeu. 

Les 2 rapports de CT (2018 et 2021) sont favorables et ne présentent pas de défaillances majeures ou critiques, les défaillances mineures mentionnées ayant été corrigées. 

Le verdict  

Une 205 très attachante et véritable couteau suisse : confortable au quotidien et avec un dynamisme moteur super sympa pour s’amuser sur petites routes sans atteindre des vitesses totalement folles. 

L’état général, un kilométrage contenu, un entretien suivi deviennent rares sur les 205, à plus forte raison sur les 205 GT encore moins courantes. Pour celle ou celui qui cherche une auto plaisir, sympa et dynamique, facile d’entretien et pour laquelle il ne faut pas s’attendre à de gros frais, nous avons là une belle petite candidate dont le capital sympathie existe déjà et continuera à augmenter. 

Prix de vente : 5200 €