Retrofit : Le Prototype

Pourquoi une 205 ?

Typiquement une auto plutôt bien construite, robuste, emblématique des années 90 et présente encore dans les années 2000 sur nos routes. Qui n’a pas de souvenirs associé à des sièges en jeans et des bandes latérales, à un logo GTI évocateur, au bruit de machine à coudre des premières versions en moteur X ou au TU qui peuple encore nos rues.

Le look est sympa et peut à lui seul justifier la volonté de prolonger sa vie via une conversion électrique.

De cette auto ont été par ailleurs dérivées plusieurs modèles du groupe, de la 309 au C15, et les implantations caractéristiques sont assez facilement transposables sur les modèles postérieurs type 106, 206, 306, ce qui pourrait ensuite simplifier les démarches d’homologation.

Démarches préliminaires

Tout d’abord, pour des amateurs de moteur à combustion, comprendre l’électricité et l’électrification est un premier pas. En dehors des volets techniques, cela passe aussi par essayer des modèles électriques, et cela passera aussi par l’essai de ce que font les confrères.

Grand amateur d’auto anciennes, j’avoue avoir été assez décontenancé par la perte sonore du moteur à plus forte raison lorsque celui ci est associé au modèle…aussi, je suis allé plein de doutes essayer une Méhari électrique chez MLT en Ardèche : https://www.mlt-automotive.fr/ que je remercie chaudement pour la qualité de leur accueil et de nos discussions. Force est d’avouer que j’ai été conquis par la réalisation qui ne peinera pas à séduire sur le marché et qui fait pour moi de cette auto un idéal de résidence secondaire, pas de soucis mécanique au redémarrage d’une ancienne si elle est peu utilisée, look génial, autonomie et performances suffisantes.

Comprendre également la partie technique est indispensable, et pour cela, à des fins d’analyse et de transposition, une 106 Electric a rejoint le parc…. Technologie de batterie obsolète, moteur assez peu puissant, mais une vraie “auto école” d’un rétrofit, mené par le constructeur lui même qui nous permet d’analyser les solutions techniques autour de la gestion du chauffage, de l’implantation des batteries, de l’intégration de la direction assistée, etc… Un modèle qui confirme aussi notre volonté de “virer” la boite de vitesses…

Confirmation aussi qu’il sera bon de travailler sur l’autonomie, les habitués du thermique ont l’impression de toujours rouler en réserve avec une autonomie de 80 à 100 km !

Enfin, les 20 kW, si ils suffisent en ville, font sur voie express ou dans les montées de la citadine une véritable chicane mobile.

Le dimensionnement